Dernières chroniques

 
https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/07/je-te-hais-passionnement-lovely-vicious.html https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/ https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/06/opale-lux-3-jennifer-l-armentrout.html https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/05/une-place-pour-lespoir-virginie-coedelo.html https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/05/another-story-of-bad-boys-mathilde-aloha.html 

vendredi 31 mars 2017

Everything, Everything - Nicola Yoon



  

Everything, Everything de Nicola Yoon, traduit de l'anglais par Eric Chevreau et paru aux éditions Bayard dans leur collection Jeunesse le 6 avril 2016 au prix de 16,90 
 Ma note livraddict: 13/20

 
SYNOPSIS
Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

MON AVIS
Avec la sortie du film qui approche, je me suis bottée les fesses pour écrire cette chronique (l'article attend depuis un moment). En fait, si je l'ai tant laissée traîner, c'est parce que j'ai du mal à mettre ma pensée par écrit.
J'ai découvert ce roman peu de temps après sa sortie vo, et je suis tombée amoureuse de la couverture et du synopsis. Du coup, quelle ne fut pas ma joie lorsque j'ai appris sa parution chez Bayard, et que la couverture originale avait même été reprise ! Malheureusement, l'enthousiasme est retombé en le commençant, et il m'a donné du fil à retordre...
J'ai lu beaucoup d'avis de lecteurs qui avaient été incroyablement conquis, pour qui ce livre était un bijou à découvrir de toute urgence (j'ai moi même une amie qui l'a vécu ainsi). Ce que je peux vous dire, c'est que ce n'est pas mon cas et que je suis très partagée à son propos.

J'ai l'ai trouvé très lent à démarrer et j'ai eu beaucoup de mal pendant une bonne centaine de page. Bien que je sois rentrée dans l'histoire par la suite et que le rythme se soit amélioré, l'histoire ne m'a pas vraiment convaincue. Elle était toujours assez lente et ennuyante, en manque d'action et de dynamisme, mais en même temps bien trop rapide en ce qui concerne la relation entre nos deux protagonistes, qui s'échangent quelques messages et se voient un peu. La romance qui évolue entre eux reste néanmoins adorable et touchante.

En fait, ça m'a également dérangée parce que finalement, on en apprend peu sur eux. Je les ai aimé un tant soit peu, ils étaient sympathiques et agréables, et il est vrai que j'ai apprécié leur personnalité et ce que l'on apprend sur eux, surtour Olly (j'ai eu un peu plus de mal avec Maddy). Cependant, je les ai trouvé trop peu développé à travers leurs quelques échanges. Je n'avais pas eu l'impression de les connaître et de m'être rapprochée d'eux comme je peux l'être d'autres personnages.
J'ai apprécié Maddy par sa force et sa joie de vivre. On est vite plongé dans son quotidien, elle semble avoir accepté sa condition d'enfant bulle et très bien le vivre. Elle n'est pas malheureuse, loin de là, et occupe son temps à lire des romans et à les chroniquer. J'ai davantage aimé Olly, personnage amusant, frais et sarcastique qui a sa part de secret sombre et qui apporte pas mal de légèreté et d'humour à l'histoire.

Ce qui m'a sûrement le plus entraîné dans l'histoire et plu, c'est le sujet abordé et plutôt bien maîtrisé : celui de la maladie de l'enfant-bulle. C'était vraiment intéressant d'en apprendre davantage et de suivre Maddy au quotidien face à cette maladie encombrante, de la découvrir à travers ses yeux.

Par la suite, je n'ai pas du tout aimé la tournure que prend l'histoire. Je ne peux vous en révéler le contenu sans vous spoiler, mais j'ai été déçue par le choix de l'auteure. Le retournement de situation est présent et plutôt choquant (bien que l'on puisse aisément le deviner avant), mais c'est comme si tout pouvait se régler en un claquement de doigt. J'ai eu l'impression de me retrouver face à une fin bâclée, notamment au vu de l'enchaînent assez rapide des évènements - cela rend cependant l'histoire davantage prenante.
Pour ne rien arranger, des éléments assez irréalistes et incohérents surviennent au fil de la lecture et m'ont parfois un peu déstabilisée, rendant la lecture plus pénible.


Au final, je dresse un tableau plus déplaisant que positif de ce livre, mais je n'ai pas passé un mauvais moment en sa compagnie. Seulement, il a été loin d'être aussi agréable que je l'espérais.
 
Everything, Everything fut une lecture quelque peu décevante. Je n'ai pas été convaincue par l'histoire, très lente à démarrer, apprécié tous les choix de l'auteure et été vraiment touchée par ses personnages.
 
 
EXTRAITS
- Tu portes des chaussures aujourd'hui, constate-t-il.
Il est du genre observateur, du genre à remarquer si vous avez bougé un tableau ou ajouté un vase dans le salon.
Je baisse les yeux vers mes chaussures.
- J'en ai neuf paires excatement pareilles.
- Et tu critiques mes choix vestimentaires ?
- Tu ne portes que du noir. Ça te donne un look sépulcral.
- Il me faudrait un dictionnaire pour discuter avec toi.
- Qui est propre ou se rapporte à un sépulcre.
- Pas très éclairante, comme définition.
- Pour faire simple, tu es l'ange de la mort.
Il grimace.
- C'est la faux qui m'a trahi, hein ? Moi qui croyais l'avoir bien cachée...
***
J'observe de nouveau ses yeux et j'y perçois mon reflet. Je lui demande :
- Qu'est-ce que tu vois ?
- Eh bien, d'abord tes tâches de rousseur.
- C'est une obsession !
- Possible. On dirait qu'on a saupoudré du chocolat sur ton nez et tes joues
Son regard voyage jusqu'à mes lèvres, puis revient se poser sur mes yeux.
- Tes lèvres sont roses. Elles sont encore plus roses quand tu les mordilles. Et tu les mordilles surtout quand tu es sur le point de me contredire. Tu devrais faire ça moins souvent. Me contredire, pas te mordiller les lèvres ; ça, c'est adorable.
 

samedi 11 mars 2017

Did I mention I love you ? [D.I.M.I.LY. #1] - Estelle Maskame

Couverture de D.I.M.I.L.Y, Tome 1 : Did I Mention I Love You ?


 

D.I.M.I.L.Y. tome 1: Did I mention I love You ? d'Estelle Maskame, traduit de l'anglais par Maud Ortalda et paru aux éditions Pocket Jeunesse dans leur collection 15 ans et + le 7 janvier 2016 au prix de 16,90 
 Ma note livraddict: 17/20


 
Quatrième de couverture
Rien ne sera plus comme avant…
Eden, 16 ans, va passer l’été dans la famille recomposée de son père, à Santa Monica, en Californie. Ce dernier a refait sa vie… Ce qui veut dire trois nouveaux demi-frères pour Eden. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent…
Fascinée, elle ne peut s’empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est défendue : son demi-frère.
 
Mon avis
DIMILY ne me tentait pas du tout au départ. Il faut dire qu’entre la couverture et le synopsis, rien ne m’attirait vraiment. Mais puisque c’était une parution de Pocket Jeunesse, je me suis un peu plus penchée dessus, et malgré l'histoire d'amour un peu clichée sur les bords, il me tentait de plus en plus. L'engouement d'Ilona pour cette saga, m’a décidée à sauter dessus... et je ne le regrette pas ! J'ai adoré ce premier tome, cette trilogie, cette aventure avec les personnages !

Eden est une jeune fille comme les autres, à quelques détails près. Son père les a abandonnées, elle et sa mère, et il se comporte exécrablement mal avec elle. Autrement dit, c'est un personnage assez détestable. Mais quand il lui propose de venir passer l'été avec lui et sa nouvelle famille, Eden reprend espoir. Seulement là-bas, le comportement de son père ne va pas avoir changé, et pire, Eden tombe sous le charme de son idiot de demi-frère, Tyler. Elle fait également la connaissance des deux plus jeunes qui se révèlent, à contrario du plus vieux, bien sympathiques, et du voisinage. Elle se fait des amis, assez peu proches de Tyler. Et elle essaie de passer un semblant d'été banal. Mais son père est vraiment horrible avec elle, et Tyler n'arrange rien en agissant comme un abruti. Malgré son caractère insupportable, Eden va peu à peu se rapprocher de lui et découvrir ses sombres secrets. Et j'ai adoré les voir se rapprocher. À chaque dispute, j'attendais avec impatience le revers de la chose. Tout ce que j'espérais, c'était que leur relation évolue considérable. Et comme il va s'en dire, j'ai été servie. C'était vraiment super agréable de les voir tous les deux.
Eden & Tyler sont deux personnages bien différents, et qui vont pourtant si bien ensemble. Je les trouvés assez peu développés dans ce premier tome, mais j’ai sacrément bien aimé les suivre et les découvrir un peu plus à chaque page.
Les personnages secondaires sont encore moins travaillés évidemment, mais je les ai quand même plus ou moins bien appréciés - surtout Rachael, la voisine-amie d'Eden.
On voit que c’est un premier roman, l’auteure maitrise légèrement sa plume, mais sans plus. Cependant, elle rend son histoire tellement addictive qu’on passe souvent outre son écriture. Parce que sincèrement, cette lecture a été impossible à reposer de par l'extrême dépendance qu'elle crée. J’avais toujours envie de lire la suite, de tourner la page, de lire un chapitre de plus, de découvrir la suite. C’est l’un des gros points forts de ce roman. J’ai eu beau trouver l’histoire assez peu originale, j’étais à fond dedans. Et c’est finalement tout ce qui compte.
Bon, on a droit à certaines réactions assez immatures de la part des personnages, qui se révèlent quelque peu puérils par moment. Et on ne passe pas au travers de clichés. Mais comme je le dit chaque fois, "cliché" ne signifie pas automatiquement "point négatif". Et puis comme annoncé plus haut, l'auteure nous les fait oublier grâce au caractère addictif de l'histoire. On est concentré sur une seule et unique chose: découvrir la page qui suit.

Malgré les clichés et l'immaturité des personnages par moment, j'ai passé un excellent moment à lire cette histoire addictive à souhait, à découvrir ses personnages agréables à suivre... J'étais bien en lisant ce livre, alors pourquoi pas vous ?
 
Extraits
— Tu détestes ton père ? demande tout à coup Jamie, tandis que nous retournons vers la maison.
Abasourdie, je manque de trébucher.
— Hein ? je bégaie avant de reprendre mes esprits, les yeux sur le trottoir. C’est compliqué.
— Je l’aime bien, moi, dit – ou plutôt halète – Jamie.
Surprenant qu’il arrive à suivre mon rythme.
— Oh.
— Mais ça a l’air assez tendu entre vous.
— Oui. (Comment changer de sujet ?) Dis donc, elle est trop cool cette maison, là !
Il m’ignore.
— Pourquoi c’est tendu ?
— Parce qu’il est con, je finis par répondre.
C’est la vérité : mon père est un con.
— Il est con de nous avoir laissées. Il est con de ne jamais appeler. Il est con parce qu’il est con.
— Je vois.
 ***
— Pourquoi tu me détestes à ce point?
— Qui a dit que je te détestais? fait-il, interloqué. 
— Hum... Tu m'insultes à chaque fois qu'on se croise. Je comprends que c'est bizarre d'hériter d'une demi-sœur, mais ça l'est autant pour moi. Je crois qu'on n'est pas partis du bon pied.
— Non, fait-il en secouant la tête avec un petit rire. Tu ne comprends pas du tout.
Avec un dernier coup d'œil à ma chambre, il secoue la tête et se retourne vers la porte.
— Qu'est-ce que je ne comprends pas?
— Tout.
***
Je prends son visage entre mes mains et m'assieds sur ses genoux. Il ne bouge pas, il ne respire pas. Je crois que je ne respire pas non plus. J'approche mes lèvres des siennes, sans les toucher. Nous restons ainsi quelques instants. C'est réconfortant et terrifiant à la fois. Je sais qu'il attend que je me penche, je le veux également, mais pas encore. J'attends jusqu'à sentir son souffle contre ma joue.
— Merci de me faire confiance.
Et je l'embrasse.